Pour des rénovations énergétiques adaptées et faciles à reproduire

le .

img1

Le CAUE du Pas-de-Calais accompagne les porteurs de projets, élus et particuliers afin de permettre des « rénovations faciles à reproduire et ainsi faire des économies d’échelle ». Les missions ont pour objectifs :

  1. de mettre en cohérence la conception des bâtiments en lien avec leur environnement et leur aménagement intérieur en fonction des usages.
  2. développer des solutions architecturales de rénovation du bâti en prenant en compte sa gestion dans le temps.

Le CAUE insiste particulièrement sur les points de vigilance (facilement appropriables) à prendre en compte pour s’assurer de la pérennité et de la facilité de mise en œuvre d’une rénovation énergétique optimale.

 

2 ETAPES ESSENTIELLES D’INTERVENTION :

A) Identifier les matériaux de l’enveloppe à rénover énergétiquement (sont-ils perméables ou non ?).

img2De fait, comme cela a été pertinemment mentionné dans la Circulaire du 22 juillet 2013 relative à la territorialisation du plan de rénovation énergétique de l’habitat : l’enveloppe des bâtiments constituée de matériaux naturels est dit humide ou perméable à la vapeur d’eau (contrairement aux matériaux industriels étanches d’après-guerre).

« Il peut s’agir, par exemple, de briques de terre cuite, de pierres dures (granits, calcaires...) ou de terre crue (pisé, torchis...). Par conséquent, les travaux de rénovation énergétique devront être systématiquement adaptés à ce type de construction afin de ne pas confiner ces matériaux. En effet, des désordres graves (condensation, délitement des matériaux de construction, pourrissement des bois, moisissures...) peuvent apparaître très rapidement après l’application de solutions de rénovation « clefs en main » qui ne tiendraient pas compte des caractéristiques hygro-thermiques de ces matériaux et qui modifieraient donc les propriétés de perméance de l’enveloppe. » (Circulaire du 22 juillet 2013 relative à la territorialisation du plan de rénovation énergétique de l’habitat - pp. 20-21).

 

 

B) Choisir une technique adaptée au support (perméable ou imperméable), facile à mettre en œuvre, suivant le cas :

img4

La filière « chanvre », facile à mettre en œuvre, a déjà démontré localement qu’elle peut être appropriée (tant techniquement qu’esthétiquement). Développer cette filière permettrait aussi de valoriser l’agriculture française, comme en témoigne l’état des lieux du Centre de ressources en éco-matériaux du Pas-de-Calais.

 

 

 

B1 : les bâtiments avec une enveloppe en matériaux naturels (ou anciens, c’est-à-dire d’avant 1948)

img3

 

Dans ce cas, il est souhaitable de préférer l’ITI (isolation thermique intérieure) avec un matériau approprié tel que le béton de chanvre-chaux (banché) ou, en cas d’impossibilité technique : la correction thermique (en enduit mince à base de chanvre) sur la face intérieure des murs.

 Des réalisations réussies en France, et faciles à mettre en œuvre par des autoconstructeurs confirment la pertinence de cette technique (qui ne nécessite pas d’enduit de finition ou de bardage). Pour tester grandeur nature ce matériau prometteur, un bailleur de logements expérimente actuellement cette technique dans le but de la généraliser à l’ensemble de son patrimoine immobilier à rénover.

 

 

img5

B2 : les bâtiments avec une enveloppe en matériaux industriels (métal, béton, brique creuse…)

 

Dans ce cas (sauf cas particuliers), il est plutôt souhaitable de préférer l’ITE (isolation thermique par l’extérieur) avec un matériau adapté.

En Belgique et aux Pays-Bas, une rénovation thermique de maison pavillonnaire, une extension de supermarché, ou des constructions neuves ont déjà démontré l’intérêt d’un ITE, telle que le béton de chanvre-chaux (banché), qui nécessite seulement une finition avec un badigeon de lait de chaux (ou d’huile de lin) y compris dans les régions les plus humides (cf. pp. 46-48).

 

 

img6

En 2018, le CAUE 62 adopte
la nouvelle identité visuelle des CAUE !

Pour voir l’animation, veuillez cliquer sur l’image

Voeux 2018 CAUE62

Savy-Berlette façonne un nouveau centre-village !

le .

Perspective du conseil CAUE montrant ce que pourrait être le centre-village après les aménagements paysagers

Tout a commencé par une réflexion sur la mairie, inadaptée à l’accueil du public.

La commune sollicite le CAUE en 2014 pour réfléchir au devenir de ce bâtiment. Le conseil met en évidence l’intérêt d’un transfert dans d’autres locaux.

Architecte et paysagiste du CAUE accompagnent alors la commune dans une réflexion sur la réhabilitation de l’ancien presbytère et, plus largement, sur l’aménagement de cette partie du village, véritable potentiel pour offrir une centralité à Savy-Berlette.

La municipalité souhaitait valoriser ce secteur, en y aménageant les espaces publics et en y réhabilitant le bâti.

L’église et le porche du cimetière, classés monuments historiques, ont amené la commune et le CAUE à un travail partenarial avec l’Architecte des Bâtiments de France.

Aujourd’hui, les travaux de réhabilitation du presbytère sont en cours.

Le projet a fait l’objet de plusieurs articles dans la presse, dont un dans le Journal des Maires de janvier 2018 : "CAUE, des pros pour conseiller les élus".

Union Régionale des CAUE des Hauts-de-France

le .

Un an après le premier séminaire de l’Union Régionale, les équipes des 5 CAUE des Hauts-de-France se sont retrouvées à Laon le 24 novembre 2017, accueillies par Bernadette Vannobel – Présidente de l’URCAUE Hauts-de-France.

Au programme de cette journée, le partage des réflexions et actions engagées par les groupes de travail : communication, guide en ligne "du Projet au Permis de Construire", formation, administration, réseau des paysagistes, offre aux EPCI. L’occasion d’échanger sur les méthodes de travail et de présenter, à tous, les actions transversales en cours ou à venir.

Un temps de travail spécifique était consacré à « 40 ans, 40 lieux » qui réunit depuis près d’un an les paysagistes et chargés de communication des 5 CAUE. Un atelier de co-production a permis d’alimenter les réflexions autour d‘une exposition institutionnelle régionale prévue pour 2018.

 

Logo URCAUE

La lettre du Groupe Torchis – Terre crue

le .

logo groupe torchis grand

Depuis plusieurs années, le Groupe Torchis - Terre crue propose une Lettre d’information et de promotion du torchis et de la terre crue, matériau qui répond aux enjeux de qualité et de durabilité du patrimoine, comme des constructions contemporaines.

L’objectif de cette Lettre est de partager, deux fois par an, des actualités locales, voire nationales, ainsi que des articles sur des sujets spécifiques.

C’est la construction en pisé dans le Pas-de-Calais qui est mise à l’honneur dans la Lettre n° 13 du Groupe Torchis – Terre crue.

En effet, même si le torchis a été la technique la plus utilisée sur l’ensemble du territoire du Pas-de-Calais, l’utilisation de la terre crue ne s’est pas limitée exclusivement aux constructions en torchis. Deux autres techniques constructives ont été utilisées dans le département ; il s’agit de la bauge (article Lettre n° 12) et du pisé.

Vous retrouverez également dans la Lettre n° 13, l’action de la Fondation du Patrimoine, qui œuvre depuis de nombreuses années pour la restauration du patrimoine en torchis notamment.

Redécouvrez également l’architecture de terre en consultant le site du Groupe Torchis - Terre crue. Sur ce site, participez et enrichissez la cartographie interactive du patrimoine bâti en pan de bois torchis : privé et public.

Si vous souhaitez recevoir La Lettre du Groupe Torchis – Terre crue, contactez-nous par e-mail ou laissez-nous un message sur le site.

visuel lettre 13 GTTC