banniere concours photo

Cité 5 : 6 logements sociaux Chênelet (2009) à Loos-en-Gohelle

le .

La commune de Loos-en Gohelle (62) est à l’origine d’une initiative remarquable en matière de logement social et d’écoconstruction entre 2009 et 2010. Six logement sociaux, réalisés par l’atelier d’architecture Vivarchi, ont été construits en utilisant des matériaux écologiques, avec une conception énergétique optimisée et des solutions innovantes pour minimiser l’empreinte carbone de chaque unité. Des structures en bois massif, des isolations renforcées avec ouate de cellulose, des toits végétalisés étaient quelques-unes des caractéristiques du projet. S’inscrivant dans une démarche plus globale d’écoquartier, ce projet a non seulement contribué à réduire les coûts de fonctionnement pour les résidents, mais a aussi mis en lumière le potentiel et la viabilité de l’écoconstruction dans le domaine du logement social.

Logements sociaux Loos en Gohelle

© Atelier d'architecture Vivarchi

Architecture et enjeux climatiques

le .

Face à la dramatique accélération du changement climatique, l'architecture, la construction et l'aménagement urbain s'imposent comme des domaines d'action prioritaires pour réduire notre impact sur l'environnement et adapter nos sociétés aux défis à venir. Dans la mosaïque urbaine des Hauts-de-France où "Histoire" et "Innovation" dialoguent constamment avec le paysage, la formation "Bâti et enjeux climatiques" (proposée en 2023 par les CAUE 62/59 à Loos-en Gohelle et Lille), a jeté un pont entre théorie et pratique, science et artisanat, proposant une réflexion sur la conjonction entre habitat, urbanité et défis climatiques.

Dans un monde idéal, le tissu architectural ne devrait pas seulement répondre aux exigences fonctionnelles et esthétiques, mais aussi incarner une symbiose avec l'environnement dans lequel il s'insère. La prise de conscience environnementale des dernières années nous conduit de plus en plus à la matérialisation de cet objectif en empruntant des voies diverses. Voici celles qui se sont dégagées lors des débats et échanges entre les intervenants et les stagiaires.

L’enveloppe du bâti

Architecture et enjeux climatiques 1

Matériaux et Constructibilité : face aux défis du changement climatique, le GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) souligne l'importance des stratégies de construction et de matériaux qui valorisent l’efficacité énergétique et le confort thermique. L’adaptabilité est le maître mot : les bâtiments devront s’adapter aux conséquences négatives du changement climatique en modifiant leurs caractéristiques :

  • augmenter les valeurs d’isolation,
  • ajouter une protection solaire,
  • augmenter la ventilation naturelle,
  • favoriser une bonne orientation des ouvertures par rapport à la course du soleil,
  • appliquer des matériaux à albédo élevé pour l’enveloppe du bâtiment,
  • modifier la masse thermique,
  • ajouter des toitures/façades végétalisées aux bâtiments,
  • collecter l’eau.

Les exemples suivants reflètent une volonté manifeste d'opter pour des solutions de construction à la fois respectueuses de l’environnement et ancrées dans le tissu économique régional car les techniques de construction doivent minimiser l'empreinte écologique du processus de construction lui-même :

  • isolant écologique textile, produit à Bruay-La-Buissière,
  • briques en terre cuite fabriquées, Flines-lez-Raches,
  • parpaing à base de pierre ponce, Dunkerque,
  • béton cellulaire, Saint-Saulve,
  • filière bois régionale…

 

Le bâti et son environnement

Relation Bâti/Non-Bâti : la réflexion menée sur l’espace bâti ne doit pas s’arrêter à la seule empreinte du bâtiment, mais s’étendre à l’espace non bâti, englobant la biodiversité, les espaces végétalisés (pour combattre les îlots de chaleur) et l’utilisation optimale de l’espace (par exemple, en évitant l'étalement urbain). La loi Zéro Artificialisation Nette (ZAN) est un outil pertinent qui oblige à cette réflexion à l’échelle du territoire, régulant ainsi l’équilibre entre zones construites et espaces verts ou agricoles.

Quelques exemples :

  • Le territoire de la Communauté d’Agglomération du Pays de Saint-Omer et Communauté de Communes du Pays de Lumbres : le SCOT du pays de Saint-Omer (Schéma de Cohérence Territoriale, outil de planification) privilégie le renouvellement urbain avec la volonté de refaire la ville sur la ville. Il s’agira de mener des politiques de valorisation des tissus anciens afin de les rendre plus attractifs, de lutter contre la vacance des logements et d’éviter la constitution de nouvelles friches. La recherche d’optimisation du foncier par un accroissement de la densité et de sobriété énergétique seront également des leviers importants.
  • La ville de Douai, dans un effort conscient pour aligner ses objectifs d'urbanisme avec la loi Zéro Artificialisation Nette (ZAN), a identifié une superficie de 50 hectares, initialement disponibles pour la construction. Toutefois, en tenant compte des impératifs environnementaux et des objectifs de la loi ZAN visant à réduire l'artificialisation des sols, ce chiffre a été judicieusement réduit à 12 hectares dans leur PLU, tout en répondant aux besoins de logements de la population (en réhabilitant l’existant, en utilisant les friches industrielles…).
  • Réhabilitation d’une friche commerciale, Courcelles-les-Lens, Zita architectes, Damien Guiot : https://www.caue-observatoire.fr/ouvrage/les-halles-mediatheque-3eme-lieu/

Architecture et enjeux climatiques 2

© Zita architectes

Connectivité et Mobilité : la réflexion sur les transports, le raccordement aux réseaux et la mobilité douce est primordiale. Elle implique la problématique de la connectivité du bâtiment à son environnement immédiat et à la trame urbaine plus large.

Intégrer la mobilité et la connectivité dans la conception architecturale est capital pour instaurer des liaisons viables et durables au sein des trames urbaines (notamment dans le contexte des défis climatiques soulevés par les politiques du climat, de l’air, et de l’énergie). Les transports, en tant que secteur majeur émetteur de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques, doivent être repensés pour réduire leur impact sanitaire et environnemental. Les bâtiments se doivent d’être conçus en symbiose avec un réseau de transport plus propre, optimisant ainsi les liaisons vertes et favorisant la mobilité douce. Cela implique une planification urbaine qui privilégie la proximité des services et une accessibilité élargie aux transports collectifs, tout en assurant une résilience aux changements climatiques et en favorisant une économie locale dynamique et inclusive.

 Architecture et enjeux climatiques 3

 

Les équipements techniques du bâtiment public

Mettre l'accent sur la sobriété énergétique et la rationalisation des équipements est essentiel dans la conception d'infrastructures publiques durables. Il s'agit de privilégier, dès le départ, des solutions basées sur une utilisation minimale des ressources, afin de garantir une exploitation efficiente à long terme. Cela peut passer par :

La mutualisation des équipements

Envisager des espaces polyvalents. Le partage des équipements entre plusieurs entités permet d'optimiser les investissements tout en favorisant la cohésion sociale.

La rationalisation des ressources

La mise en œuvre d’un système de gestion centralisé de l'eau peut permettre de réguler la fourniture d'eau chaude uniquement là où et quand elle est nécessaire.

La climatisation et le chauffage

Brise-soleil, ventilation naturelle, murs trombe… contribuent à la maîtrise énergétique.

A une échelle plus large, des réseaux de chaleur ou l’utilisation de la chaleur "fatale" ou perdue sont possibles (ex. : l’eau des bassins du centre aquatique de Desvres chauffée grâce à l’énergie perdue issue des activités de l’usine ArcelorMittal voisine).

La choix des énergies

S'assurer que les solutions adoptées sont viables à long terme, par des analyses de cycle de vie, par exemple.

Adopter une approche "Low Tech"

Se concentrer sur des solutions "Low tech", moins gourmandes en énergie et en ressources, tout en étant efficaces et durables.

Analyser le cycle de vie

Prendre en compte la durabilité des équipements dès leur acquisition, en privilégiant ceux qui présentent un bon bilan écologique sur l’ensemble de leur cycle de vie, de la fabrication à l'élimination.

 

Pour conclure

A travers ces exemples il s’agit de promouvoir une utilisation judicieuse et équilibrée des équipements, en intégrant la sobriété énergétique et l’efficacité dès la phase de conception. Au-delà de sa fonction première de protection et d'abri, le bâtiment du futur se veut un lieu à part, englobant une multitude de fonctions. Ce n’est plus seulement un espace de vie ou de travail, mais un écosystème intégré dans son milieu, un acteur du développement durable et un vecteur de lien social.

À travers la relation indissociable entre bâti et climat, le bâtiment n'est pas simplement un objet inanimé, mais un élément dynamique, capable d'interagir, d'influencer et d'être influencé par son environnement. À cet égard, les enjeux climatiques ne constituent pas uniquement un défi à relever, mais aussi une opportunité d'innover, de recréer et de faire évoluer nos habitats et nos villes vers des espaces plus résilients, inclusifs et harmonieux.

C'est dans cette optique qu'œuvrent les CAUE, le CERDD et bien d’autres organismes publics et privés en déployant leur expertise dans divers domaines, et en diffusant les connaissances, et les meilleures pratiques. Ces structures sont aujourd’hui d’incontournables ambassadeurs du développement durable dans la région des Hauts-de-France et au-delà.

 visuel news no 46  visuel news no 45 visuel news no 44 
 360° - L'actualité du CAUE 62
N° 46 - Novembre/Décembre 2023
360° - L'actualité du CAUE 62
N° 45 - Septembre/Octobre 2023
 
360° - L'actualité du CAUE 62
N° 44 - Juillet/Août 2023
 
 visuel news no 43 visuel news no 42  visuel news no 41
 360° - L'actualité du CAUE 62
N° 43 - Mai/Juin 2023
360° - L'actualité du CAUE 62
N° 42 - Mars/Avril 2023 

360° - L'actualité du CAUE 62
N° 41 - Janvier/Février 2023

Renforcer la Chaîne des Parcs

le .

Forum Chaine des Parcs 1

Saviez-vous que tout près de chez nous, une chaîne de 11 parcs, pour une superficie totale de 4200 ha reliés par 420 km de voies vertes, forme un ensemble paysager unique en Europe ? Reliant les villes du bassin minier du Pas-de-Calais (Pôle Métropolitain de l'Artois) cet ensemble de parcs et d’espaces verts, a pour objectif de transformer le paysage "d’un archipel noir à un archipel vert", comme l’a exprimé le paysagiste Michel Desvigne, maître d’œuvre du projet, lors de sa création il y a 10 ans.

Qu’en est-il en 2024 ? Les parcs sont très utilisés par le public mais cette chaîne, dans sa globalité est toujours méconnue. Pourtant, une grande variété d’activités ludiques et sportives peut y être pratiquée : promenade, VTT, accrobranche, canoë, équitation, nature-culture, hébergement…

Le 25 janvier 2024, à la scène du Louvre-Lens, le CAUE a participé au grand forum afin de contribuer à l’écriture d’une nouvelle page pour la Chaîne des Parcs.

Réunissant plus de 100 personnes venant d’horizons variés (élus, techniciens, associations, monde économique, etc.), ce grand forum a permis de réfléchir au rôle structurant de la Chaîne des Parcs en Artois, afin de poursuivre sa mutation en termes de mobilités, de nouvel élan économique, d’évolution du cadre de vie, d’attractivité ou encore de culture. Les participants ont pu s’exprimer en disant dans quels domaines de l’écotransition la Chaîne des Parcs elle doit renforcer son rôle.

Chacun a pu s’exprimer au travers d’un nuage de mots, qui s’est formé en direct, mettant en avant les termes : mobilités douces, biodiversité, îlot de fraîcheur, adaptation, boisement, chemin de randonnée ou encore vélo. Ces thématiques sont donc à approfondir par le Pôle Métropolitain de l’Artois, tout en communiquant davantage, sur les réseaux sociaux notamment, afin de faire connaître cet archipel vert.

Forum Chaine des Parcs 2     Forum chaine des Parcs 3

                                                                     © photo : Olivier Sampson

LE PÔLE MÉTROPOLITAIN DE L’ARTOIS

Les organismes qui pourraient vous aider :

Accessibilité :

- APF (Association des Paralysés de France)

- CEREMA (Centre d'Etudes et d'Expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement)

- MDPH du Pas-de-Calais (Maison Départementale des Personnes Handicapées)

 

Architecture :

- La Maison du Bois

- Groupe Torchis - Terre crue

 

Conseils :

- Banque des territoires

 

Eau :

VNF (Voies Navigables de France)

 

Eaux pluviales :

- ADOPTA (Association pour le Développement Opérationnel et la Promotion des Techniques Alternatives en matière d'eaux pluviales)

 

Ecologie :

- CD2E

 

Eco-construction :

- A Petits Pas

 

Energie :

- ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie)

- FDE 62 (Fédération Départementale d'Energie)

 

Environnement :

- CPIE Chaîne des Terrils

- CPIE Val d'Authie

- CPIE Villes de l'Artois

- ENRx (Espaces Naturels Régionaux)

 

Fleurissement :

- CNVVF (Conseil National des Villes et Villages Fleuris)

 

Foncier :

- EPF Nord - Pas-de-Calais (Etablissement Public Foncier)

 

Généralités :

- Association des maires

- Conseil Départemental 62 - MDADT (Maison du Département Aménagement et Développement Territorial)

- Parc Naturel Régional des Caps et Marais d'Opale

 

Patrimoine :

- ARARCO (Association Régionale pour l'Aide à la Restauration des Chapelles et Oratoires)

- Association Mémoires du Travail

- Campagnes Vivantes

- DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles)

- Espaces Fortifiés

- Fondation du Patrimoine

- Mission Bassin Minier

- UDAP du Pas-de-Calais (Unité Départementale de l'Architecture et du Patrimoine)

 

Paysagistes concepteurs :

- FFP (Fédération Française du Paysage)

 

Réglementation :

- DDTM (Direction Départementale des Territoires et de la Mer)

- MIQCP (Mission Interministérielle pour la Qualité des Constructions Publiques)

 

Tourisme - patrimoine :

- ADRT Pas-de-Calais (Agence de Développement et de Réservation Touristiques)