Une cabane : imaginer et construire avec ses enfants

le .

Pourquoi ne pas profiter du beau temps pour construire une petite architecture… une cabane ! Laissez vos enfants appréhender et délimiter un espace, leur espace, et laisser libre cours à leur imaginaire… Il y a mille et une façons de construire une cabane… Le site d’implantation, le volume, les matériaux, autant de notions paysagères et architecturales que les enfants ne manqueront pas de manier avec plaisir…

Construisez-la selon leurs envies (et vos contraintes évidemment), avec des matériaux naturels, trouvés sur place par exemple (bois, terre crue, fibres végétales, etc.), ou avec des matériaux recyclés (cartons, tissus, vieux draps, vieux rideaux, etc.). Même en appartement, cette activité peut faire ses preuves !

Pour prolonger la rêverie, vous pouvez vous intéresser au concours « le Festival des Cabanes ».

Cabane 1

© Maître d'oeuvre : Dientre fabrique de territoires

Cabane 2     Cabane 3

Un peu plus d’espace chez vous !

le .

Vous êtes à l’étroit chez vous ?

Un séjour plus grand, une chambre supplémentaire, un garage… sont autant de raisons de faire évoluer votre habitation. Que vous viviez dans une maison de ville, un pavillon ou un corps de ferme, une extension doit être conçue en fonction du bâtiment existant. Bien observer l’existant permet d’intégrer le nouveau volume au contexte et à votre habitation.

Extensions 1© Maître d'oeuvre : Dientre fabrique de territoires

Avant d’engager tout projet d'extension, plusieurs étapes sont indispensables :

  • se renseigner sur les règles d'urbanisme en vigueur sur votre commune et notamment sur votre parcelle (PLU, RNU, règlement de lotissement),
  • savoir si votre parcelle s’inscrit dans un secteur protégé au titre des protections des Monuments Historiques ou autre périmètre de protection,
  • analyser l'existant : la parcelle, la (ou les) construction(s) existante(s) et l’environnement paysager ou non,
  • déterminer vos besoins et la surface nécessaire, les usages, le mode de vie, le confort, l'éclairement, la relation avec les autres pièces de la maison,
  • définir une enveloppe budgétaire.

Pour que ce projet réponde au mieux à vos attentes, projetez-vous à l’intérieur de cette extension, imaginez la manière dont vous allez y vivre, comment elle va améliorer votre quotidien. Il est également important de considérer l’impact visuel qu’elle aura sur votre habitation actuelle, ainsi que sur votre cour ou jardin, mais également les vis-à-vis, les ombres ou la réduction d’apport de soleil qu’elle pourra générer.

Deux attitudes sont possibles dans cette démarche architecturale :

  • contemporaine, se différenciant de l’existant par ses volumes, ses ouvertures, ses matériaux… en recherchant un dialogue harmonieux avec ce qui préexistait,
  • traditionnelle, reprenant le vocabulaire architectural de l’existant (gabarit des ouvertures, pente de toit, proportions des ouvertures, modénatures, similitude dans les matériaux et leur mise en œuvre), tout en s’assurant d’éviter l’effet pastiche.

Votre projet devra faire l’objet d’une autorisation d’urbanisme, déclaration préalable ou permis de construire selon des critères de surface et de contexte : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1986

 

Extensions 2     Extensions 3

© Alain Demarquette Architecte

Le recours à un architecte est requis, sauf si la surface totale, extension incluse, ou l'emprise au sol, est inférieure à 150m². Néanmoins, concevoir votre extension avec un architecte constitue une plus-value pour votre projet, tant sur la faisabilité (technique et financière), la conception (adaptée à vos besoins) et la mise en œuvre (suivi des travaux) de votre projet. Il vous proposera un projet unique et sur mesure.

Le CAUE 62 peut vous accompagner dans votre réflexion et vous conseiller, gratuitement, en amont de la maîtrise d’œuvre. N’hésitez-pas à nous contacter.