Accueillante et confortable, la mairie de Biefvillers-lès-Bapaume

le .

Biefvillers les Bapaume mairie 1a

Comme beaucoup de petites communes rurales, Biefvillers-lès-Bapaume ne disposait que de peu d’espace pour sa mairie. Des soucis de confort thermique et de manque de confidentialité se posaient également.

Alors, après l’achèvement des travaux d’aménagements paysagers de la traversée de commune et du parvis de la mairie, inaugurés en 2008, Mme THIEBAUT, maire, et son équipe municipale se sont attachées à la rénovation, l’extension et la mise en accessibilité de la mairie.

La commune a fait le choix, nécessaire et essentiel, de consacrer du temps à la phase de définition de ses besoins, de ses exigences et de ses contraintes.

La première étape, en 2014, a été de solliciter le conseil du CAUE afin d’amorcer et d’alimenter la réflexion sur cette future rénovation/extension. Un audit énergétique du bâtiment existant a également été réalisé dans le cadre du dispositif Territoire à Energie Positive pour la Croissance Verte (TEPCV).

La municipalité a ensuite fait le choix de confier la maîtrise d’œuvre de ce projet à l’agence TGMP architectes & associés. La "nouvelle mairie" a été inaugurée en 2019.

Biefvillers les Bapaume mairie 2     Biefvillers les Bapaume mairie 3a

Rénovation de l'existant (avant/après)

La mairie a pour voisine l’Eglise Saint-Vaast ; toutes deux ont été construites en brique à la Reconstruction, qui a suivi la Première Guerre Mondiale. L’extension, implantée sur l’arrière de l’édifice, a été conçue dans une démarche contemporaine. L’accessibilité des Personnes à Mobilité Réduite a été solutionnée à travers la création d’un cheminement proposé par l’arrière de l’église. Cela a permis, au passage, de valoriser davantage l’édifice cultuel.

Biefvillers les Bapaume mairie 4     Biefvillers les Bapaume mairie 5a

Façade arrière de la mairie (avant/après)

La nouvelle salle de réunion/conseil de la mairie accueille dorénavant d’autres activités (yoga, activités manuelles, formations, réunions EPCI). Les habitants peuvent également la louer pour des événements familiaux.

Biefvillers les Bapaume mairie 6a     Biefvillers les Bapaume mairie 7a

Tisanerie et rangements sur mesure pour optimiser l'espace

Depuis sa mise en fonction, ce projet a recueilli une belle adhésion de la part des habitants, ce qui ne peut que satisfaire l’équipe municipale.

Paysage : un temps fort pour un anniversaire !

le .

"Pas de gâteau, mais une table ronde réunissant un paysagiste et un géologue, tous deux certains que la notion même de paysage est l’une des clés pour penser l’avenir de nos territoires". C’est par ces mots que commence l’article de Frédéric Denhez, écrivain et journaliste, suite à la conférence organisée à l’occasion les 20 ans de la convention européenne du paysage par l’Union Régionale des CAUE Hauts-de-France, le 20 octobre dernier.

Paysages une region en transition 1     Paysages une region en transition 2

Pour cette visio-conférence sur la thématique "Paysages : une région en transition", Frédéric Denhez était en effet accompagné de Bertrand Folléa, paysagiste-concepteur et urbaniste, Grand Prix national du paysage en 2016 et auteur de "L’archipel des métamorphoses ; la transition par le paysage" ainsi que de Francis Meilliez, professeur émérite de l’Université Lille 1 et directeur de la Société Géologique du Nord : une belle affiche pour parler de Paysage avec les CAUE !

Avec les équipes des CAUE, les intervenants ont échangé sur les processus qui ont façonné l’identité et la topographie actuelle du territoire régional des Hauts-de-France et les interrelations entre facteurs naturels et humains qui définissent le paysage d’un territoire.

Retrouvez ici l’article de Frédéric Denhez…

Revisionnez cette conférence :

Toiture végétalisée

le .

Toiture vegetalisee 1Du vert sur la toiture… Quelle drôle d’idée !

Pas tant que ça… La toiture végétalisée ou toiture végétale est utilisée depuis longtemps, notamment dans certains pays du nord. Cette technique, qui semble dater du néolithique, consiste à recouvrir un toit plat ou à faible pente (jusqu'à 30°) d'un substrat végétalisé, alternative à des matériaux couramment utilisés, comme les tuiles, le bois ou les tôles. La végétation a vocation à être autonome, grâce à une sélection de plantes capables de se développer en écosystème stable.

La toiture végétalisée s'inscrit dans une démarche de développement durable, en proposant une isolation naturelle en zone urbaine.

Toiture vegetalisee 3

Au-delà de son rôle de protection, la mise en place de ce type de toiture présente de nombreux atouts écologiques et sanitaires, avec la fixation des poussières, la diminution des taux de CO et CO2, le développement de la biodiversité, l’absorption de l’eau, la qualité de l’air, voire l’atténuation de îlots de chaleur.

D’autres atouts sont d’ordre technique, esthétique et de confort. La toiture végétalisée participe, en effet, à la protection de l’étanchéité du toit, au confort phonique, thermique et hygrométrique du bâtiment qu’elle recouvre.

Cette technique permet, ainsi, de développer des espaces "verts" sur des surfaces occupées au sol et par conséquent une amélioration du cadre urbain.

Toiture vegetalisee 2

L'écoquartier de Méricourt

le .

La commune de Méricourt a choisi de reconvertir la friche du carreau de la fosse 4/5 sud de 7 hectares en écoquartier.

Ecoquartier Mericourt 4

Cet espace qui coupe la commune en deux parties, Méricourt coron et Méricourt village, constitue une opportunité de développement pour la commune.

L’objectif est d’intégrer le nouveau quartier par un véritable tissage urbain avec l’existant et de préserver la référence à l’identité et l’histoire du lieu. Il est aussi proposé des aménagements innovants et des constructions prenant en compte l'environnement.

Le programme est mixte, associant équipements, logements, espace public. Il cherche ainsi à toucher et s’ouvrir à l’ensemble de la population de la ville, voire plus largement avec certains équipements.

Ecoquartier Mericourt 3     Ecoquartier Mericourt 2

Les habitants sont intégrés à la réflexion du projet dès le début et mettent, par exemple, en avant la volonté d’une nouvelle médiathèque sur le site de la fosse plutôt qu’une extension de l’actuelle. La médiathèque "Espace culturel La Gare", conçue par De Alzua+, sera le premier bâtiment du projet (en 2011), doté d’un grand parvis et conçue comme lieu de "ralliement". Il s’agit ici d’un équipement structurant pour le quartier et pour la commune toute entière.

Ecoquartier Mericourt 1

D’autres projets complètent ou compléteront le quartier : logements locatifs sociaux, micro-crèche, 30% d’espaces verts permettant des connexions piétonnes entre les espaces et quartiers, création d’une ligne de bus, petits collectifs en ossature bois, restaurant scolaire et centre social en énergie positive.

Le projet global est d’envergure et au-delà de s’attacher simplement à la construction d’un nouveau quartier, il porte sur une réflexion et des enjeux plus profonds. L’alimentation et la filière courte, la mobilité et les déplacements doux, la consommation et la production d’énergie, entre autres, sont abordées et alimentent les choix.

Le projet se démarque également par sa gouvernance collective qui constitue une de ces particularités, associant la Mission Bassin Minier, l'aménageur Territoires 62, le cabinet d'architecture de Jérôme Houyez et la paysagiste Odile Guerrier, associée au bureau d'études Bérim.

Pour en savoir plus...

Repères pédagogiques

le .

La ville doit s’améliorer maintenant pour devenir plus vivable et attractive demain.

Cette séquence disponible sur Eduscol propose aux élèves d’aménager une ville dans une logique de développement durable. Les changements réalisés pour rendre la ville meilleure seront-ils à la hauteur des attentes de tous les citoyens ?

Objectifs pédagogiques et déroulement de la séquence

La réflexion engagée autour de ce thème peut être déclinée à travers des projets de classe de nature très différentes :

  • Modélisation à l’aide du logiciel Sketchup pour travailler sur l’aspect formel d’un écoquartier (intégration du bâti dans le paysage, forme du bâti, dialogue du bâti avec les espaces verts, organisation des flux de circulation et des espaces de rencontre, intégration des commerces, des équipements et des services…). Un travail identique peut être envisagé sous forme de maquette à l’école primaire.
  • Promotion d’un projet d’écoquartier à travers une campagne de sensibilisation mettant en avant ses atouts (qualité de vie, dimension écologique et environnementale, projet de société…). La promotion peut prendre la forme de tracts, maquette, interviews, sondages, articles…
  • Filmer ou photographier une architecture, un espace, un objet, un matériau qui pose un problème actuellement en zone urbaine (bâtiments insalubres, pollution aérienne et sonore, pistes cyclables encombrées…) et rechercher des solutions, des alternatives. Repérer et analyser ce qui se fait déjà dans les quartiers durables.
  • Travailler sur la labélisation de son établissement scolaire pour en faire un éco-collège, éco-lycée.

Des liens pour accéder aux informations sur la labellisation des établissements :

La nature dans la ville

Une séance de géographie sur le thème "mieux habiter" au cycle 3.

La nature en ville

Observer, décrire, analyser l’environnement proche des élèves se prête à une approche pluridisciplinaire. Quelques pistes de travail dans le cadre d’une réflexion de la place de la nature en ville :

  • Et si explorait la faune et la flore urbaine là où on ne la soupçonne pas (au pied des arbres, dans les parcs…) ?
sTREEts – Suivi des pieds d’arbres de ma rue
  • Construire une ballade urbaine permettant de cartographier des zones particulièrement riches en biodiversité ou des espèces végétales à l’aide d’outils tels Maps, Umap ou Mapstr
4 outils gratuits pour créer vos propres cartes interactives
  • Travailler sur la végétalisation de la cour de récréation en se basant sur le projet "Oasis" qui, en accord avec les objectifs de la "Stratégie d’adaptation au changement climatique", transforme progressivement l’intégralité des cours des écoles et des collèges de Paris en îlots de fraîcheur urbains. 

Se réapproprier la ville en circulant autrement

Rue aux enfants

Une rue aux enfants, rue pour tous est une rue citoyenne qui s’appuie sur l’implication de tous les acteurs, enfants, jeunes et adultes du quartier, de l’élaboration à l’évaluation en passant par la réalisation. Ce sont des rues ou des places fermées temporairement (ou non) le temps d’une journée, de quelques heures, à la circulation de véhicules motorisés pour que les enfants et les jeunes puissent s’approprier ces espaces publics afin d’y jouer, flâner, laisser s’exprimer leur créativité́ en toute sécurité. Cette fermeture temporaire de rues permet aussi aux habitants de se rencontrer, se promener, échanger.

L’objectif est d’encourager la capacité à agir de chacun. Cette démarche propose de nouvelles pratiques de l’espace public, permettant le partage, la rencontre entre tous et toutes par le jeu, la découverte, le débat et la réappropriation de l’espace public. Une charte élaborée par le collectif et les porteurs de projets a été adoptée en octobre 2017.

Pour en savoir plus, consultez le site dédié́, dont une rubrique est dédiée aux Hauts-de-France.