Donnons la rue aux enfants !

le .

La rue aux enfants

"Rues aux enfants, Rues pour tous" est un appel à projet national qui propose de laisser, le temps d’une journée ou d’une soirée, l’espace de la rue aux enfants, pour y jouer ou s’exprimer en toute sécurité et tranquillité. Une manière pour le jeune public de reconquérir et s’approprier, exceptionnellement, l’espace d’une rue, habituellement ouverte à la circulation motorisée.

Le CAUE, a participé, en juin, à la rencontre régionale réunissant les 13 projets lauréats des Hauts-de-France, en tant que membre du comité de validation.

A l’occasion de "Rues aux enfants, Rue pour tous", chaque organisme ou collectivité lauréate proposera un événement, organisé à une date libre, afin de promouvoir les modes de déplacements actifs et doux. Il s’agit là aussi d’encourager l’expression des habitants, enfants et adultes, sur le devenir de leur environnement quotidien, en réfléchissant, de manière ludique, à l’occupation de l’espace, aux pratiques et aux aménagements possibles.

Trottinettes, vélos, rollers seront au rendez-vous !

www.ruesauxenfants.com

Le Pas-de-Calais, vous connaissez ?

le .

Fer de lance du tourisme régional, le Pas-de-Calais peut compter sur ses paysages, son histoire et sa culture pour attirer toujours plus de visiteurs.

Car en effet, l’une des forces de notre territoire est bien sa diversité ! Celle-ci lui confère une identité propre qui ne manque pas de séduire tous les âges et d’inviter à y revenir.

Cette diversité s’appuie notamment sur :

- les paysages du littoral : qu’il s’agisse des 2 Caps, labélisés Grand Site de France, ou des longues plages de sable fin du Touquet, le littoral offre des panoramas à couper le souffle et un potentiel sportif riche (randonnée, char à voile, kitesurf…).

Le + du CAUE ? Nos paysagistes travaillent étroitement avec le Grand Site de France et le Parc Naturel Régional des Caps et Marais d’Opale (PNRCMO) sur des questions d’intégration des aménagements et de gestion des flux touristiques.

Tourisme PdC 1

- les paysages de mémoire : Vimy, Neuville-Saint-Vaast, Notre-Dame-de-Lorette… sont autant de lieux qui résonnent dans nos mémoires, vestiges d’une période sombre et lointaine. Ils offrent aujourd’hui un voyage dans le temps, un regard sur le passé et attirent chaque année plusieurs centaines de milliers de visiteurs.

Le + du CAUE ? Notre association réalise régulièrement des conseils touchant à ce patrimoine historique, qu’il s’agisse de mise en valeur, de gestion des flux touristiques ou de sécurisation des lieux de mémoire.

Tourisme PdC 2     Tourisme PdC 3

- les paysages culturels : le Bassin Minier est classé UNESCO depuis juin 2012 ! Cette reconnaissance de notre patrimoine minier au niveau international a créé un nouveau souffle pour notre territoire. Implantation du Louvre-Lens, appropriation des terrils, réhabilitation du patrimoine bâti, la création de la chaîne des parcs, etc., ont permis de transformer peu à peu le regard porté par les habitants et les visiteurs.

Le + du CAUE ? Qu’ils soient architectes ou paysagistes, nos conseillers se rendent régulièrement sur site pour participer à sa renaissance et valorisation (conseils, comités de pilotage, ateliers…) en lien avec les acteurs locaux et la Mission Bassin Minier.

Tourisme PdC 4

- mais également les paysages ruraux ! Avec 890 communes, le Pas-de-Calais est un département essentiellement rural dont la production et les paysages font la fierté de ses habitants. Avec des typologies de bocage au nord, ponctué de forêts, ou d’openfields au sud, l’aménagement du territoire permet une diversité de panoramas, randonnées et découvertes sans nulle autre pareil.

Le + du CAUE ? Deux tiers de nos conseils concernent des petites communes de moins de 2000 habitants. Nos conseillers y apportent leur expertise sur des domaines variés, de l’isolation d’une école à la refonte du centre-bourg. Ils font également partie des jurys de Villes & Villages Fleuris et Fleurir le Pas-de-Calais qui accompagnent chaque année la valorisation de notre territoire.

Tourisme PdC 5

Bref. Que l’on soit "nature", "culture" (ou les deux !), il y a toujours quelque chose à faire sur notre territoire !

Pour plus d’infos ou pour programmer une sortie, rendez-vous sur : https://www.pas-de-calais-tourisme.com/fr/homepage/

Zéro

le .

Zéro gaspillage, zéro déchet, zéro énergie grise. "Inutile" ? "Utopique" ? Pas si sûr…

Zero energie grise 3a

L’économie du BTP a toujours été associée à la croissance d’un territoire, et pour cause ! Le nombre de chantiers engagés dans le Pas-de-Calais, par exemple, est effectivement gage d’emploi et de ressource économique non délocalisable. La réussite de ce secteur a donc des répercussions directes sur notre environnement, notre cadre de vie, notre quotidien, etc. Hélas, la dynamique du BTP subit de plein fouet le contexte actuel. Les différentes crises successives de ces dernières décennies ont eu une répercussion directe. L’efficacité actuelle des constructions / rénovations / restructurations est donc d’autant plus cruciale !

A contrario, il est difficile de ne pas être interpellé par le gaspillage actuel, en décalage complet avec la conjoncture. L’évolution des usages depuis les années 1960 passe bien souvent par des projets de remplacement complet plutôt que ponctuel, compte tenu des matériaux et moyens utilisés peu durables qui se sont généralisés. Les techniques utilisées nécessitent, en effet, de passer par de nombreuses étapes ce qui limite la maîtrise des ressources nécessaires ainsi que leur adaptabilité. Mais ce n'est pas tout ! Il reste la phase ultime : la déconstruction. Là encore, la radicalité des chantiers est souvent disproportionnée. Il est devenu habituel de démolir intégralement un équipement collectif pour reconstruire, en lieu et place, un bâtiment similaire, faute d’avoir pris en considération l’édifice d’origine avec ses caractéristiques propres.

En bref, le secteur du bâtiment représente 70% de la production totale de déchets en France. En 2019, ce secteur a généré 228 millions de tonnes de déchets dans notre pays. Autant de déchets non réutilisables, non valorisables, qui ne pourront pas avoir de meilleure utilité que de servir de sous-couche routière... Une matière première donc onéreuse à produire et fortement dévaluée. Toute cette matière ne pourrait elle pas être réutilisée si davantage de matière non transformée et d’origine locale était exploitée ? Alors, une construction "zéro énergie grise*" est-ce possible ?

OUI !

Zero energie grise 1  Zero energie grise 2 
 Projet soutenu par la Fondation du Patrimoine (avant)  Projet soutenu par la Fondation du Patrimoine (après)

Il existe bien un panel de solutions efficaces et économiques, mais pour les (re)découvrir il est utile d’observer l'environnement local pour en déduire ensuite des solutions adéquates. Le patrimoine vernaculaire très diversifié (datant d’avant les années 1950) est en général une importante ressource très utile à la réflexion. Chaque région a, en effet, produit un patrimoine spécifique en fonction de ses atouts propres. En l'examinant bien, on découvre des solutions bioclimatiques "low tech" très performantes, adaptables à nos besoins actuels et ambitions futures. Cela conduit à fortiori à des coûts réduits de matière première et une mise en œuvre facilitée. Au final, cela peut même aboutir à réduire, voire supprimer le coût de l’acheminement / évacuation des réseaux (eau courante, électricité, assainissement) avec des constructions dites "autonomes" et adaptées à leur environnement (pour rappel, le coût lié à l’assainissement et à l’utilisation des réseaux publics représente globalement 30% des factures de consommation).

A suivre, dans la prochaine newsletter "Zéro" Des solutions ! : seront évoquées les filières et matériaux "zéro énergie grise" mobilisables dans les Hauts-de-France (et conformes à la réglementation en vigueur). Au sommaire, des solutions pour :

- MURS
- COUVERTURE
- PLANCHERS / cloisons (bas et intermédiaires)
- ISOLATION (sol et combles)
- MENUISERIES
- EQUIPEMENTS (chauffage, ventilation…)

 

* Energie Grise : quantité d’énergie nécessaire à la fabrication et à l’approvisionnement des matériaux sur un chantier.

Le conseil aux collectivités évolue !

le .

Dans un souci permanent d’écoute, l’équipe pluridisciplinaire du CAUE continue d’être aux côtés des collectivités, en amont de leurs projets. En cette année 2020, le conseil évolue, à la fois dans le mode d’accompagnement et dans son contenu, afin de répondre aux problématiques actuelles et à la diversité des situations.

Forts de plusieurs années de bonne collaboration, les partenariats avec Ingénierie 62, les Maisons du Département ou encore la Fédération Départementale de l’Energie (FDE) se renforcent afin d’améliorer le service auprès des élus. De nouvelles coopérations voient également le jour avec l’ADOPTA ou Eden 62, par exemple.

Concrètement, le conseil aux collectivités devient polymorphe : il s’adapte, selon l’état d’avancement de la réflexion de la collectivité. L’enjeu est de faire de cette réflexion une démarche davantage partagée entre la collectivité, les habitants, les partenaires et le CAUE.

Après sollicitation par les collectivités ou par le biais de la plateforme "Ingénierie 62", le ou les conseiller(s) CAUE missionné(s) rencontre(nt) les élus et partenaires locaux avec lesquels il(s) découvre(nt) le(s) site(s) du projet.

 

► Si la demande de la commune est assez précise (stade du préprogramme), le(s) conseiller(s) réalise(nt) un document de conseil concis comprenant :

1 - un diagnostic avec mise en contexte du projet,
2 - la mise en évidence des enjeux,
3 - un accompagnement à la programmation et des pistes de réflexion.

A ce document s’ajoutent des fiches thématiques, adaptées à l’objet du conseil :

- des références de projets qualitatifs à titre d’exemples,
- des documentations techniques sur les sujets concernés.

Ces productions sont le support de la restitution du conseil à la collectivité, permettant aux élus de définir précisément leur cahier des charges. Ils peuvent alors s’engager vers "l’opérationnel" et faire appel à une maîtrise d’œuvre adaptée pour la concrétisation de leur projet.

Le CAUE tend à accompagner davantage les collectivités dans cette étape, vers "l’opérationnel", afin de garantir une continuité aux messages passés lors du conseil.

 

► Si la démarche de la commune en est à ses prémices ou que diverses opportunités alimentent sa réflexion, l’accompagnement de CAUE est alors adapté à la situation. Des ateliers participatifs, des visites de sites, des ateliers de coproduction, etc. sont proposés afin d’aider la commune à définir ses besoins.

Dans les deux cas, rien de tel que la sensibilisation au cadre de vie, les retours d’expériences et l’exemplarité pour faire avancer la démarche. C’est pourquoi l’équipe du CAUE continue d’alimenter les conseils de nombreuses références architecturales, paysagères et urbaines.

Conseil CC

Pour bien vivre ensemble demain…

le .

… la revitalisation des centres-bourgs est une des clefs !

Revitalisation 1

En effet, redonner l’envie de fréquenter le centre-bourg, d’y vivre, tel est l’enjeu de beaucoup de collectivités.

La perte d’attractivité de nombreuses communes, notamment en campagne et dans les zones périurbaines, est un phénomène qui touche aux sujets de la qualité de vie, de la cohésion sociale et du développement économique local. Elle concerne le territoire français tout entier, de par l’évolution de la mobilité, de l’offre d’emplois, de services et d’habitat.

La dévitalisation des centres-bourgs est un phénomène à la fois local et global.

 

Comment inverser cette tendance ?

Revitaliser son centre-bourg, c’est inventer le centre-bourg de demain, adapté aux nouveaux modes de vie, de consommation et de travail !

 

Plusieurs leviers sont à combiner pour restaurer l’attractivité du centre-bourg :

  • l’offre d’habitat et notamment la reconquête du bâti ancien, en l’adaptant aux besoins actuels,
  • la qualité des espace publics, ingrédient essentiel de la qualité de vie,
  • le développement d’une offre de service et de commerce adaptée aux nouveaux modes de vie, mettant à l’honneur les acteurs locaux et les ressources territoriales,
  • la prise en compte des nouvelles mobilités, dans le bourg même et dans sa relation au territoire.

 

Il n’existe pas de recette pour revitaliser un centre-bourg. Chaque commune est unique et les solutions doivent être adaptées au tissu local.

Revitalisation 2

C’est en mettant en œuvre des actions qui portent sur plusieurs échelles spatiales et temporelles qu’il sera possible de rendre pérenne l’attractivité d’un centre-bourg. La mise en musique de toutes ces actions nécessite d’associer l’ensemble du territoire, à minima l’intercommunalité, dans une dynamique de projet.

Cette coopération nécessite également la mobilisation de l’ensemble des acteurs du territoire, avec les entreprises, les associations, les habitants. Cette participation est d’autant plus importante que l’ingénierie est souvent dispersée, en particulier dans les territoires ruraux. L’enjeu est de créer une dynamique collective à partir de l’identification des forces vives du territoire.

Le CAUE du Pas-de-Calais, de par sa mission d’accompagnement des collectivités, peut apporter aux communes, en lien avec l’ingénierie existante, son expertise et ses conseils dans le cadre de réflexion sur leurs centres-bourgs. Il participe au réseau des collectivités engagées dans des programmes de revitalisation de leurs centres-villes (mis en place par la Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Pas-de-Calais (DDTM)). Il est intervenu également lors de la formation "renouveler durablement les centres-bourgs", organisée par le Centre de Valorisation des Ressources Humaines d’Arras (CVRH).

Car c’est en partenariat que se définissent les actions à mener, afin de récréer, maintenir ou développer l’attractivité des centres-bourgs !