Nos paysages sont beaux !

le .

Nous le savions déjà, bien sûr, mais les paysages du Pas-de-Calais, et plus largement de la région Hauts-de-France, sont variés et esthétiques, voire graphiques. Preuve en est, la qualité des nombreuses photos reçues par l’Union Régionale des CAUE des Hauts-de-France, dans le cadre du concours photo organisé du 1er avril au 31 août de cette année.

Ce concours, en lien étroit avec l’exposition "Une région, des paysages", proposait aux habitants de la région de soumettre leur vision de leur territoire suivant 6 catégories : Eau et paysages, Relief et paysages, Cultures et paysages, Paysages de mémoire, Paysages de l’industrie et Paysages de l’habiter.

Sur environ 800 photos reçues, une lauréate dans chaque catégorie a été désignée par département, ainsi qu’une par région par catégorie. Le choix a été dur ! Mais celui-ci reflète la grande diversité de nos paysages et comment, à chaque fois, l’interprétation est propre au photographe.

 

Lauréats régionaux

Concours photo UR 1

Champs de pommes de terre, Gilles CREPEL

Concours photo UR 2

Un monstre, Stéphane LOURME

 

Lauréats départementaux 

Concours photo UR 3

Vue sur le Cap Blanc Nez, Jose PIETERSOON

Concours photo UR 4

L'épave d'Orion se laisse découvrir à marée basse, Cecile LEBORGNE

Concours photo UR 5

La chute, Geoffrey HERBAUT

Concours photo UR 6

Harmonie, Eric MARCINIAKF

 

 Photo coup de cœur du jury

Concours photo UR 7

Territoire canadien, Gilles CREPEL

 

L’intégralité des photos lauréates, départementales et régionales, ainsi que les « coups de cœur du jury », peuvent être admirées à l’adresse suivante : https://umap.openstreetmap.fr/fr/map/laureats-departementaux-et-regionaux-concours-phot_686832#8/51.586/2.747

En parallèle, celles-ci sont exposées jusqu’à fin mars 2022 à l’Historial de la Grande Guerre à Péronne.

Allez-y vite !

Optons pour des revêtements de sol perméables !

le .

Le changement climatique en cours voit une hausse des températures, mais également une modification du régime des précipitations : pluies plus fortes, mais moins fréquentes. Cette diminution des pluies utiles provoque des sécheresses plus longues et répétées, car les sols sont moins humides. Dans ce contexte, les risques d’inondations par ruissellement et de coulées de boue sont plus élevés.

L’enjeu principal est donc d’infiltrer les eaux pluviales à leurs points de chute, pour éviter qu’elles ne ruissellent et engendrent des débordements en points bas (aval). Des aménagements peuvent être créés dans le milieu rural (parcelles agricoles) pour limiter ce ruissellement. En milieu urbanisé, les élus peuvent également agir en utilisant des revêtements de sol perméables dans l’aménagement des espaces publics, dès que cela est possible.

Revetements permeables 1

Aménagement des abords de la mairie d’Attiches (59), Maitre d’œuvre Odile Guerrier, paysagiste-concepteur

La gestion de l’eau de ruissellement est une donnée primordiale à étudier dans la conception de l’espace public afin de dessiner des profils adaptés pour l’écoulement de l’eau. Des surfaces perméables évitent la surcharge des réseaux d’assainissement et alimentent les nappes phréatiques, dans le confort et la sécurité de tous les usagers.

Ces revêtements de sol permettent, à la totalité, ou à une partie des eaux pluviales, de s’infiltrer sur place, directement où elles tombent. De nombreux revêtements existent, apportant une esthétique variée à un site. Les espaces plantés absorbent directement l’eau (pelouse, massif…). Les noues (espaces creusés) permettent de récolter l’eau et de la stocker de façon plus ou moins longue.

Revetements permeables 2

Noue d’infiltration des eaux pluviales

De nombreux revêtements sont également accessibles à tous et répondent donc aux normes : dalles engazonnées, dalles remplies de gravier mais aussi des revêtements plus classiques mais poreux : enrobé et béton drainant, par exemple. Chaque fabricant de matériau possède également sa gamme de revêtements perméables.

Revetements permeables 3     Revetements permeables 4

Stationnement perméable en dalles avec joints drainants et en alvéoles remplies de gravier

Jeudi 18 novembre a eu lieu le 8ème forum national sur la gestion durable des eaux pluviales, à Lens, coorganisé par l’ADOPTA, l’Agence de l’eau, l’Etat et la Communauté d’Agglomération de Lens-Liévin. Cette journée fut l’occasion de réunir et entendre de nombreux partenaires agissant pour cette cause. Différentes thématiques ont été abordées lors d’ateliers : l’outil "zonage pluvial", le plan national pour une stratégie pluviale, etc.