Estrée-Blanche, création d’un jardin pédagogique

le .

La commune a aménagé une parcelle engazonnée de 1 000m², située derrière l’école, en jardin pédagogique. Une petite partie de la parcelle seulement était auparavant accessible aux enfants. L’espace était simplement engazonné et tondu régulièrement. 3 arbres animaient le jardin et une haie de thuyas marquait la limite.

Estree Blanche 1

En 2015, le CAUE a orienté la commune sur le réaménagement de ce site. Un diagnostic a d’abord mis en évidence les potentialités du terrain.

Des recommandations paysagères ont été données pour créer un jardin pédagogique avec différents espaces : potager, verger, compost, prairie fleurie, etc. Des références ont permis d’illustrer ces idées : l’aménagement d’un potager en carrés, le choix des plantations (arbustes, fruitiers, mélange de semence pour prairie), la construction d’hôtels à insectes et de nichoirs favorisant la biodiversité, etc.

À la suite du conseil CAUE, la commune a réalisé les travaux, pour que les enfants puissent jardiner, et observer les animaux à deux pas de l’école ! Ce jardin au naturel préserve la biodiversité et améliore l’environnement, grâce à des actions concrètes : plantation d’une haie diversifiée, récupération de l’eau de pluie, paillage des cultures, compostage, etc.

Estree Blanche 2     Estree Blanche 3

Estree Blanche 4

Valoriser le patrimoine ancien en développant la production d'énergies renouvelables (2/3)

le .

Trois filières principales permettent d’atteindre l’objectif défini par la Loi sur la Transition énergétique : l’éolien (aérogénérateur), le solaire photovoltaïque (PV) et l’hydroélectricité.

Le CAUE 62 vous propose une chronique en 3 épisodes pour découvrir le potentiel des énergies renouvelables.

Episode 2 : l’énergie solaire

energies renouvelables 4a

1973 – 2012 : un dilemme insoluble...

Un grand nombre de dispositions sont entrées en vigueur afin d’augmenter la part des énergies renouvelables dans l’utilisation du bâtiment. La dernière en date étant la loi sur "la Transition Energétique Pour la Croissance Verte" (2016). Malgré l’amélioration de la technique en matière d’énergie solaire (1973), aucune solution ne permettait, au cours de ces dernières décennies d’améliorer l’esthétique des panneaux photovoltaïques (PV), en particulier sur du bâti ancien.

energies renouvelables 6Les dispositifs mis en place étaient rarement satisfaisants d’un point de vue architectural, surtout dans les secteurs à enjeu patrimonial. Il semble effectivement difficile de concilier les modules solaires couramment utilisés et les toitures de bourgs ruraux : même avec beaucoup de rigueur, ces grandes surfaces de panneaux sans relief, brillantes, d’une coloration particulière, suscitent souvent l’impression d’un accessoire rajouté sans cohérence d’ensemble. Ce n’est donc qu’en de très rares occasions que le solaire a contribué à l’amélioration esthétique du paysage. Bien trop souvent, c’est plutôt le contraire qui a été observé. Jusqu’ici, il était "préférable d’installer ces panneaux sur les éléments annexes et/ou rapportés" (Source : Jennifer DIDELON, Eric BARRIOL. Réhabiliter les maisons ordinaires de l’époque industrielle. Cahier de recommandations. DRAC du Nord-Pas-de-Calais, 2012).

Depuis 2012 : une harmonisation facilitée

Cette situation tend à évoluer puisqu’il existe un réel potentiel, depuis 2012, avec une gamme de solutions alternatives et innovantes, plus facile à intégrer. Des solutions performantes énergétiquement et appréciables esthétiquement paraissent enfin envisageables et peuvent contribuer à rendre aussi les bâtiments anciens "à énergie positive", c’est-à-dire à produire plus d’énergie qu’ils n’en consomment.

energies renouvelables 7     energies renouvelables 8     energies renouvelables 9     energies renouvelables 10

La gamme des produits photovoltaïque s’est étendue sous forme de tuiles solaires superposées, d’aspect mat, et de petit format (s’inspirant des toitures traditionnelles en ardoise, zinc, ou terre cuite). Ces petites "tuiles" s’adaptent mieux aux anciennes toitures que l’on trouve dans notre région (avec un rendement variant de 120 Wc/m² à 170 Wc/m² selon le modèle choisi).

energies renouvelables 11Ces "tuiles solaires", expérimentées en France dès 2010, s’intègrent davantage au bâti ancien et peuvent être une solution pour remplacer préférentiellement des toitures dégradées en fibro-ciment ou en tôle ondulée. Souvent, ces couvertures doivent être refaites, soit parce qu’elles ne sont plus étanches, soit pour des raisons sanitaires (présence d’amiante), soit dans l’objectif d’améliorer la performance énergétique. Cela peut être l’opportunité de produire de l’énergie renouvelable.

D’un point de vue économique, "les tuiles solaires jouent en intégralité le rôle de toiture : elles accomplissent en tout point le rôle des tuiles classiques. Par conséquent, lors d’une rénovation complète de toiture, installer des tuiles solaires permet d’économiser le coût de la rénovation de la couverture, si on compare à une opération de rénovation puis installation de panneaux solaires" (Source : FNCCR. "Solaire et patrimoine protégé - Créer les paysages d’aujourd’hui en respectant l’héritage du passé : énergie solaire et patrimoine protégé", Territoire d’energie (2019).

La prouesse technologique consiste ici à réaliser une couche de couleur mat appliquée sur la face intérieure du verre, pour laisser passer sans trop de perte d’énergie, la lumière du soleil, seule source d’alimentation des cellules solaires à haute performance placées en-dessous.

Des précautions indispensables

energies renouvelables 12Les dimensions des tuiles peuvent être réalisées sur mesure en fonction du caractère du projet (rénovation ou nouvelle construction), ce qui peut améliorer la qualité d’intégration de ces tuiles plutôt surdimensionnées pour des bâtiments de petite envergure.

Dans tous les cas, "Les panneaux solaires thermiques peuvent s’intégrer dans la toiture d’une maison ancienne, sous réserve d’en étudier finement l’impact architectural (…) la toiture étant considérée comme la cinquième façade, c’est-à-dire une partie intégrante de l’ensemble architectural." (Source : Jennifer DIDELON, Eric BARRIOL. Réhabiliter les maisons ordinaires de l’époque industrielle. Cahier de recommandations. DRAC du Nord-Pas-de-Calais, 2012).

 

Pour de plus amples renseignements, le CAUE 62 se tient à votre disposition.