Coups de coeur du Centre de Ressources

Menthe, thym et PPI au programme de l’atelier participatif !

le .

Longfosse 1

Le CAUE accompagne les communes dans leurs petits et grands projets !

Ce jeudi 6 octobre, le CAUE était à Longfossé en compagnie de l’agence d’urbanisme Boulogne Développement Côte d’Opale, de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer et de la Maison Départementale de l’Aménagement et du Développement Territorial du Boulonnais, à l’occasion du dernier atelier destiné à l’élaboration du PPI communal (Plan Pluriannuel d’Investissement). Cet atelier participatif avait pour objectif de prioriser les projets de la commune et d’étudier le phasage et les actions à mener sur un court, moyen et long-terme. C’est l’aboutissement d’un travail d’accompagnement de plusieurs mois qui a permis à la commune de mener un diagnostic du territoire, un état des lieux de son patrimoine bâti ainsi que des espaces publics, et de concevoir un programme d’actions adapté.

Cet atelier a également permis à l’équipe du CAUE de constater que certains conseils ont déjà été mis en œuvre. Ainsi, dans la cour d’école, les pieds des arbres qui étaient emprisonnés par l’enrobé ont été libérés et de nouvelles plantations ont été mises en place, protégées par des copeaux de bois : menthe, thym, persil, etc. L’école a désormais son jardin d’herbes aromatiques. Permettre la respiration des sols, favoriser l’infiltration des eaux pluviales, stimuler les sens et permettre aux enfants d’apprendre à reconnaître ces plantes : c’est une action simple à réaliser qui a de nombreux avantages.

Un premier pas pour la commune avant d’entamer des projets plus complexes…

Longfosse 4     Longfosse 2

Valoriser l’espace public par le végétal

le .

Connaissez-vous les Villages Patrimoine ? Ce label récompense des villages caractérisés par une véritable vie locale, un patrimoine historique, artistique, mémoriel ou paysager remarquable.

L’office de Tourisme du Pays d’Artois, structure relais organisatrice du label dans ce secteur, propose des formations aux communes labélisées. C’est dans ce contexte que le CAUE a animé un atelier pour montrer aux communes comment valoriser leurs espaces publics grâce à des plantations : l’occasion de réfléchir à la place du végétal et de voir comment il peut mettre en valeur le patrimoine bâti et naturel.

Label Village Patrimoine 1     Label Village Patrimoine 2

Placette du monument aux morts à Estrée-Blanche & grand bac valorisant une mairie

Arbres, arbustes, massifs fleuris ou encore pelouse agrémentent un espace public, mais apportent également de l’ombre, de la fraîcheur, infiltrent les eaux pluviales, enrichissent la biodiversité et contribuent au bien-être des habitants. La nature en ville est une réponse aux effets du changement climatique. Elle contribue à la préservation des ressources naturelles et de la biodiversité. La mise en place d’une gestion différenciée consiste à appliquer une intensité et une nature de soins spécifiques en fonction des espaces de la commune.

Label Village Patrimoine 3     Label Village Patrimoine 4

Plantations d’une zone humide communale & espace vert arboré offrant un lieu de balade

Un autre label, très reconnu en France, est complémentaire du label Villages Patrimoine. Il s’agit du label Villes et Villages Fleuris, qui récompense l’engagement des communes en faveur de l'amélioration de la qualité de vie. Il est recommandé aux communes de s’inscrire dans ces deux démarches, visant à valoriser le patrimoine bâti mais aussi naturel.

Label Village Patrimoine 5     Label Village Patrimoine 6

Abords de la mairie de Burbure © Odile Guerrier     &     Parvis de l’église de Busnes © Verdi

Villes et Villages Fleuris

Créer un nouvel espace public en cœur de bourg

le .

Auchy au Bois 1

Espace de rencontre et de convivialité © Agence Odile Guerrier et Associés

Vous souhaitez offrir un cadre de vie agréable aux habitants ? Pourquoi ne pas créer des lieux de convivialité au sein de la commune ?

Les collectivités se questionnent en effet de plus en plus sur la lisibilité de la centralité de leur commune et la valorisation de leur espace public.

C’est le cas d’Auchy-au-Bois.

À l’origine, la municipalité menait une réflexion sur la centralité de sa commune, avec la volonté d’aménager une placette à l’intersection de deux routes départementales et de créer des liaisons piétonnes. Puis, la municipalité a eu l’opportunité d’acquérir l’habitation au droit de ces routes départementales, ainsi qu’une ancienne ferme. Grâce à l’accompagnement du CAUE, de l’Agence d’Urbanisme de l’Artois et de la Communauté d’Agglomération de Béthune-Bruay, Artois Lys Romane, associés à cette réflexion, la municipalité s’est positionnée sur la création d’un nouvel espace public mutualisable en lieu et place de ces bâtiments, ouvrant ainsi l’espace public.

Auchy au Bois 2     Auchy au Bois 3     Auchy au Bois 4

Anciennes habitations et corps de ferme

La gestion du dénivelé était une contrainte importante pour l’aménagement de cette place. Deux paliers ont été créés. Une placette de pavés béton gris délimite un espace pour accueillir de petites manifestions telles qu’un marché. Le palier supérieur est davantage végétalisé (engazonnement, massifs…) pour devenir un lieu de rencontre et d’échange. Une nouvelle perspective vers l’église est ouverte depuis la place.

Auchy au Bois 5     Auchy au Bois 6     Auchy au Bois 7

Gestion du dénivelé & un nouvel espace public en centre-bourg © Agence Odile Guerrier et Associés

Le choix des végétaux, des matériaux et du mobilier permet une parfaire intégration à l’environnement rural de la commune et garantit une gestion durable du site.

Auchy au Bois 8     Auchy au Bois 9     Auchy au Bois 10

Placette, détail de revêtement de sol & détail de mobilier © Agence Odile Guerrier et Associés

Pour la réalisation de cet aménagement, la commune a bénéficié de l’Aide à la Voirie Communale et du plan de relance du Département du Pas-de-Calais.

Auchy au Bois 11     Auchy au Bois 12

Avant & Après © Agence Odile Guerrier et Associés

Auchy au Bois 13     Auchy au Bois 14

Avant & Après © Agence Odile Guerrier et Associés

Maîtrise d’ouvrage : Commune d’Auchy-au-Bois

Maîtrise d’œuvre : Agence Odile Guerrier et Associés

Comment adapter les bâtiments existants afin de les rendre plus résilients en cas d’inondation ?

le .

Batiments inondation 1

Le CAUE sensibilise et accompagne les territoires sur les thématiques liées au changement climatique.

Il est ainsi récemment intervenu auprès des agents des services habitat et renouvellement urbain des différentes communautés de communes du SYMSAGEL (Syndicat Mixte pour le Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux de la Lys) sur la question de l’adaptabilité du bâti existant face aux inondations. Cette action a été menée sur demande du CPIE des Pays de l’Aisne, et avec la DREAL, dans le cadre d’une formation sur le thème de la réduction de la vulnérabilité du bâti face aux inondations.

Le département du Pas-de-Calais possède en effet plusieurs zones sensibles sujettes au risque d’inondation, principalement l’Audomarois et le bassin versant de l’Aa, ainsi que les vallées de la Lys et de la Canche.

Cette formation a permis de mettre en avant certaines mesures adaptées. Limiter l’imperméabilisation des abords permet d’infiltrer les eaux pluviales sur place et de limiter le ruissellement. Pour cela, il est recommandé de maximiser les zones plantées et favoriser des matériaux perméables tels que le béton drainant, les pavages ou les dalles gazon. Certains matériaux sont également adaptés pour le stationnement (dalles ajourées, sable stabilisé ou gazon renforcé). Il faut également veiller à la mise en place et au bon état des drainages périphériques. Il s’agit d’une technique ancienne permettant d’assurer l’écoulement naturel de l’eau vers un point d’évacuation déterminé afin d’éviter l’accumulation d’eau au pied des bâtiments. La création d’espaces de rétention permet également de limiter le ruissellement. Sous la forme de bassins ou de noues paysagères, les eaux de pluie sont stockées pour favoriser une infiltration progressive. Cette solution est également favorable au renouvellement des nappes phréatiques. Enfin, la rénovation des bâtiments existants doit favoriser des matériaux résistants à l’eau. En effet, les murs inondés peuvent favoriser l’apparition de moisissures, surtout si les matériaux qui les recouvrent sont étanches à l’eau (comme le ciment ou le polystyrène). Afin d’assurer l’évaporation de l’humidité présente dans les murs après une inondation il faut privilégier des isolants ouverts à la vapeur d’eau et imputrescibles, tels que le liège, les enduits chaux-chanvre, le béton cellulaire, la laine de polyester ou encore l’aérogel de silice.

Réduire le risque de dégâts du bâti existant face aux inondations demande donc une action coordonnée sur le bâtiment et ses abords. Cette approche permet à la fois de prévenir en amont les inondations par la bonne infiltration des eaux de pluviales, de retarder l’inondation et diminuer le volume d’eau par la création de bassin de rétentions, et de limiter les sinistres en privilégiant des matériaux imputrescibles et respirants.

Les forêts urbaines

le .

Végétaliser des espaces très minéralisés est devenu une nécessité, les derniers jours de canicule l’ont bien montré ! C’est un des moyens d’adapter les villes au changement climatique.

Des solutions existent, la végétalisation des murs et toitures, mais aussi la plantation de micro-forêts en zone urbaine. Le concept est simple, il s’agit de piéger le carbone atmosphérique avec des végétaux, afin de dépolluer en partie l’air.

Ces forêts proposent différents avantages : elles demandent peu d’entretien, seulement de l’arrosage et du débroussaillage les premières années, ensuite la nature s’occupe du reste. Cette solution peut être source d’approvisionnement en nourriture si l’on plante des fruitiers. En plus de favoriser la biodiversité dans des milieux anthropiques, les forêts urbaines assurent une fonction d’îlot de fraîcheur, d’espace perméable et d’amélioration du cadre de vie.

Cependant, cette solution présente des faiblesses. La densité de plantations rend le milieu inaccessible à l’homme. La superficie d’une forêt influe sur les espèces vivantes qu’elle renferme. Avec sa petite taille, la biodiversité présente est plus faible et vulnérable. Ces forêts sont construites dans des sols souvent appauvris et dégradés, pouvant nuire à leur espérance de vie. C’est micro-forêts ne sont pas adaptées à tous les sites.

Une méthode de plantation se développe, c’est la méthode "Miyawaki" consistant à planter un mélange d’arbres d’essences locales de façon dense et aléatoire, permettant de reconstituer des écosystèmes forestiers sur des surfaces réduites. Akira Miyawaki est un botaniste japonais né en 1928, expert en biologie végétale. Sa méthode consiste à planter 3 plants au m², soit 30 fois plus qu’une forêt classique. De plus, les essences utilisées sont diverses : on compte une vingtaine d’espèces contrairement aux forêts classiques où sont présentes seulement 3 espèces. Ces micro-forêts sont généralement plantées avec la participation des habitants, permettant de développer la pédagogie et le lien social autour des projets.

Les micro-forêts contribuent donc à la re-végétalisation des villes et au développement de la biodiversité. Face à la hausse des températures, il faut s’interroger sur le choix des essences les plus adaptées pour ce type d’aménagement. Les experts cherchent à identifier les types d’arbres les mieux adaptés au climat de demain, pour qu’ils s’ajoutent aux essences locales, voire les remplacent si nécessaire. En 2017, l’office National des Forêts (ONF) a créé le 1er "îlot d’avenir", microparcelle expérimentale de deux hectares maximum, dispersée à terme sur le territoire, rattaché au projet de recherche RENEssences (Réseau national d'évaluation de nouvelles essences).

Le site internet Climessences.fr, créé par l’ONF également, aide les forestiers à estimer les risques de dépérissement d’une espèce dans une zone donnée en fonction des prévisions climatiques, et liste 150 essences qui pourraient trouver leur place dans les forêts du futur.

Planter des arbres, de façon dense ou non, est primordial, mais pas de n’importe quelle façon.

 

Foret urbaine 1     Foret urbaine 4

Foret urbaine 2    Foret urbaine 3

Foret urbaine 5

Micro-forêts plantées à Hénin-Beaumont en 2020 et 2021

 

Foret urbaine 6

Plantation de 3600 arbres selon la méthode Miyawaki à Violaines, en 2021

Centre-de-Documentation-livres Centre-de-Documentation-expositions Centre-de-Documentation-publications Centre-de-Documentation-periodiques

Prendre un RDV :

Contactez le Centre de Ressources via notre formulaire de contact ou par téléphone au : 03.21.21.65.65