Travaux énergétiques : qui pour vous accompagner ?

le .

EIE logo EIE          EIE logo CAUE

Difficile parfois de vous repérer dans les aides techniques apportées pour votre projet de maison ?

Le CAUE et les Espaces Infos Energie ont engagé un travail partenarial dans le but de faciliter l’accompagnement des particuliers désireux d’améliorer la performance énergétique de leur maison.

Rencontres, exercices pratiques, partages d’expériences… autant de moments privilégiés pour mieux nous connaître, développer une culture commune et mutualiser nos compétences et nos ressources. Grâce à ces échanges, nous ambitionnons d’apporter un accompagnement mieux adapté à vous, particuliers, porteurs de projets.

Le CAUE et les EIE sont d’ores et déjà à votre écoute pour vous aider dans votre réflexion.

Pour plus de précisions :
http://guide-aides.hautsdefrance.fr/aide484

Préserver la mémoire d’un lieu imprégné de mystères : un projet modeste mais exemplaire

le .

Mouriez 1

Le CAUE a été sollicité par la commune de Mouriez afin de valoriser l’histoire d’une ancienne construction, enclavée dans le cimetière communal de Mouriez. D’après des légendes urbaines, elle aurait eu un usage de "maison des plaidoiries". L’usage affecté à cette maison est incertain en réalité.

Mouriez 2      Mouriez 3a

Ce curieux bâtiment est tombé en désuétude, jusqu’à sa disparition. Au fil du temps, la nature a progressivement repris ses droits, en enveloppant cette construction d’une masse végétale évoquant une drôle de silhouette. Des archives pourront peut-être révéler, un jour, ce qui avait motivé la construction de cette maison isolée ?

Mouriez 4a

En 2017, ce bâtiment dégradé est malheureusement tombé en ruine, avant même que l’on ne trouve d’éventuelles ressources pour l’entretenir. Monsieur le Maire, étant sensible à ce lieu imprégné de mystères, a tenu à en préserver la mémoire. En 2019, la commune de Mouriez a alors sollicité l’aide du CAUE afin de trouver un moyen de valoriser ce lieu symbolique, en amont de toute maîtrise d’œuvre.

Un architecte du CAUE s’est donc rendu sur place pour retracer l’historique du lieu. Après quelques recherches, il est apparu que ce bâti était déjà représenté sur le cadastre Napoléonien de 1829 et l’emplacement de cette construction, de brique et de silex, figure toujours sur le plan cadastral actuel. Les échanges ont permis de jauger le potentiel de l’usage proposé par l’équipe municipale, en concertation avec les habitants. Le manque d’aménagements autour du monument aux morts (situé entre la maison des plaidoyers et l’église) a notamment été mis en évidence, afin que les cérémonies officielles soient plus accessibles.

 

Restitution des vestiges

Face à cette situation, il pourrait être tentant de "re-fabriquer" de l’histoire à partir des bribes d’informations disponibles, au risque de produire des reconstitutions hasardeuses et difficilement réversibles, que les architectes appellent péjorativement des "pastiches". A Mouriez, la prudence archéologique était plutôt de mise, et il fallait aussi faire preuve de sagesse, en évitant de créer une nouvelle construction dont l’utilité aurait été limitée.

Mouriez 5a

Le CAUE 62 a donc proposé d’étudier la possibilité de restituer uniquement les fondations, en s’inspirant d’autres réalisations réussies. Monsieur le Maire a ainsi pu présenter à son équipe municipale, à titre d’exemple, un aménagement réalisé à Lalonquette (64) pour un Musée en plein air. Là-bas, des vestiges antiques ont été modestement reconstitués en gabions de fil de fer rempli de pierres sèches, le tout à hauteur de banc seulement, créant ainsi un espace de rencontre appréciable et sensé, permettant de se projeter dans l’histoire du lieu.

Mouriez 6Suivant les recommandations du CAUE, la commune de Mouriez a donc fait disposer des gabions de manière à évoquer la partie basse des façades de la maison disparue. A l’endroit de l’ancienne porte d’entrée, un passage libre permet d’accéder à cet espace marqué par la pierre de seuil (qui a pu être replacée à son emplacement d’origine). Le maillage métallique des gabions a été recouvert d’un couvre mur en ardoise, rendant ces "casiers" de pierre plus confortables pour s’y assoir. L’aspect esthétique de l’ensemble est harmonieux avec son environnement, l’intervention est modeste (ce qui est cohérent par rapport au manque d’informations actuel) et le sol perméable est qualitatif. L’ardoise apporte une finition esthétique, qui n’est pas sans rappeler la toiture de l’église voisine.

A l’occasion de la fête communale, la restitution des vestiges de la maison des plaidoyers a été inaugurée le 11 novembre. Désormais, en s’inspirant de l’exemple de Lalonquette, le monument aux morts de Mouriez dispose tout à la fois d’un banc (appréciable entre autres au moment des cérémonies commémoratives) et d’une reconstitution permettant de préserver le souvenir de la maison des plaidoyers.

Mouriez 7a

Plus de précisions : article paru dans la Voix du Nord le 28 octobre 2019.

On aime, on partage

le .

NantesUn parcours de fresques dans la ville de Nantes

La Ville de Nantes a souhaité laisser des espaces de liberté aux graffeurs, des espaces où ils peuvent laisser libre cours à leur créativité.

Parade, Balade et Distorsion est un projet en mouvement développé par les dessinateurs et muralistes nantais Ador & Semor. Il voit le jour au cours de l’été 2016, sous la forme d’une exposition présentée à l’Atelier Alain Lebras, dans le cadre du Voyage à Nantes. On y découvre, en dessins et en volumes, un univers burlesque et grinçant, peuplé de personnages désireux de courir le monde. Comme le point de départ d’une longue traversée, l’exposition sort de sa coquille un an plus tard, passe de l’atelier à l’extérieur et migre sur les murs de la ville et ses alentours. La présence des artistes suscite la curiosité des passants, rend possible les échanges en tous genres et donne naissance à une série d’oeuvres collectives chargées d’histoires. Au contact des habitants, les personnages hauts en couleurs d’Ador & Semor voyagent de mur en mur et laissent une trace de leur passage en questionnant le rapport entre mobilité et espace public.

Découvrez le carnet de voyage sur : Art contemporain, Street Art.

 

CopenhagueLe quartier de Christiania à Copenhague

Christiania (Fristaden Christiania — "Ville libre de Christiania" en danois) est un quartier de Copenhague, au Danemark, sur le terrain de l'ancienne caserne de Bådsmandsstræde. Fondée par un groupe de squatters, de chômeurs et de hippies, l'autopro-clamée "ville libre de Christiania" a fonctionné comme une communauté intentionnelle autogérée de septembre 1971 à juin 2013. En 2003, la cité comptait près de 1 000 habitants sur 34 hectares, possédait sa propre monnaie et toutes sortes d'activités culturelles et sportives, ainsi qu'un vaste espace agricole. 10 ans plus tard, après la reprise en main administrative et la privatisation partielle, Christiania ne s'étend plus que sur 7,7 hectares et a perdu 200 habitants. Christiania est aujourd’hui devenu une attraction touristique avec jusqu'à un million de visiteurs par an, avec de beaux exemples de street art.

https://www.monpetitnuage.com/copenhague-christiana/

 

LilleRando Street-art à Lille

Elle emmène le promeneur à la découverte des endroits où les street artistes et graffeurs s’expriment à Lille.

Lille est devenue, en effet, en quelques années, une véritable galerie d’art à ciel ouvert. Branchée, décalée et passionnante, cette randonnée urbaine paraît inédite car elle permet de découvrir l’art mural contemporain de cette ville.

Vous déambulerez librement à la découverte des œuvres de la capitale des Flandres, en partant de la Gare Saint Sauveur.

Pour retrouver la carte du parcours : https://www.goodmorninglille.org

De même, le Collectif RENART de Street Art lillois, en plus d’organiser des visites sur le thème Street Art, est surtout l’instigateur de la BIAM (La Biennale Internationale d’Art Mural) dont la 5ème édition aura lieu en 2021.

L’idée est de réunir des artistes internationaux et locaux afin d’habiller les rues de Lille.

Biam-npdc.blogspot.com

Veni, Vidi, Vinci. L’art urbain face au génie

le .

Thématique de l'exposition : Art contemporain

Exposition temporaire, tout public

Du 8 novembre 2019 au 19 avril 2020

Fluctuart, Centre d’art urbain, Pont des invalides - Port du gros caillou - Paris 7ème

Veni Vidi Vinci

"A l’occasion des 500 ans de la disparition de Léonard de Vinci, 20 artistes internationaux issus de l’art urbain lui rendent hommage dans le premier centre d’art urbain en France.

De Florence à Milan, du Château d’Amboise au Louvre jusqu’au palais de Buckingham et partout en Europe, les hommages au maître se succèdent.

A travers une exposition inédite, Fluctuart propose de redécouvrir Léonard de Vinci, l’homme d’esprit, à la fois artiste, scientifique, ingénieur, inventeur, anatomiste et peintre à travers le regard de 20 artistes internationaux issus de l’art urbain.

Un line up exceptionnel a été réuni pour cette occasion :

ANDREA RAVO MATTONI • BLUB • BOM.K • CLET • FAITH 47 • JULIO AYANA CABANDING • LEK & SOWAT • LOGAN HICKS • MADAME • NICK WALKER • OKUDA • OZMO • PANG • SPEEDY GRAPHITO • SWOON • SYLVAIN RISTORI • VLP • YZ • ZEVS • 13 BIS

Entre installations in situ, prêts et commandes, les artistes prennent possession des lieux à travers différentes techniques : installations monumentales, peinture, pochoir, collages…

Une occasion exceptionnelle pour le visiteur de redécouvrir les grands thèmes du maitre à travers 4 sections : La pensée en mouvement – Le chef d’œuvre iconique – L’homme au centre de l’univers – La question du mur.

Une exposition qui fera écho à l’exposition exceptionnelle de Léonard de Vinci au Louvre du 24 octobre 2019 au 24 février 2020."

Plan radioconcentrique

le .

Des communes de taille variable se sont développées en plan radioconcentrique, organisé en cercles concentriques, du centre à la périphérie.

Cette organisation propose deux types de voies de circulation : les boulevards qui permettent la communication circulaire et correspondent, le plus souvent, pour la première ceinture, aux anciens remparts de la ville ; et les avenues qui forment les rayons reliant le centre, marqués par des rues étroites, à l’extérieur de la commune.

Particulièrement développé au Moyen-Age, le centre concentre les éléments générateurs de la commune (église, forteresses, place de marché…). Les rues rayonnent depuis la place centrale et aboutissent, pour certaines, à des portes fortifiées. Ainsi composé, le centre est protégé par les habitations en cas de siège.

Plan radioconcentrique