Repères pédagogiques

le .

Précurseurs avec la Ville de Paris de la ré-naturalisation des cours d’école, le CAUE 75 propose une galerie de projets menés dans les établissements primaires et secondaires.

Reperes pedagogiques 1

https://www.observatoire-oasis.fr/

 

Ce site de l’agence normande de la biodiversité et du développement durable regorge d’informations sur le thème, avec notamment des guides pour agir (méthodes, webinaires…) et des exemples pour s’inspirer (retours d’expériences).

Reperes pedagogiques 2

https://www.anbdd.fr/publication/fiche-ressources-des-cours-decole-plus-vegetalisees-resilientes-et-ludiques/

 

Un kit de démarrage construit par l’association « Récréations Urbaines » pour initier des réflexions et projets sur le réaménagement des cours de récréation.

Reperes pedagogiques 3

https://www.recreationsurbaines.fr/ressources/kit-cour-de-r%C3%A9cr%C3%A9ation/

 

Une vision belge de la question et un guide très complet pour l’amélioration des cours de récréation en région bruxelloise.

Reperes pedagogiques 4

https://perspective.brussels/sites/default/files/2021-repenser_la_cour_de_recreation_cahier_feuilleroute_a4.pdf

 

Face à l’urgence climatique, les cours d’école se revégétalisent. Visite guidée de ces lieux qui luttent contre la cour bitumée, et transforment les pratiques.

https://ecole.salamandre.org/article/les-cours-decole-se-mettent-au-vert/

 

Lille

https://www.lille.fr/Actualites/100-des-cours-d-ecoles-vegetalisees

 

100% des cours d'écoles végétalisées : dans toutes les écoles lilloises, au moins un tiers de la surface des cours de récréation est désormais végétalisé.

Reperes pedagogiques 5

https://www.cerdd.org/Parcours-thematiques/Changement-climatique/Ressources-climat/Video-La-vegetalisation-des-ecoles-une-Solution-d-adaptation-fondee-sur-la-Nature-OFB

Repenser la cour de récréation

le .

La crise sanitaire de 2020 et les enjeux climatiques actuels ont conduit à de nouveaux questionnements sur l’organisation de la vie à l’école en général, et sur celle de la cour de récréation en particulier. Une autre perception des cours d’école et de collège est en train de prendre forme. Cette petite révolution a été impulsée en France par la ville de Paris en 2017 (stratégie de résilience). Sous le nom de Cours Oasis, l’objectif est de créer des espaces rafraîchis, plus agréables à vivre au quotidien et mieux partagés par tous. Même si chaque contexte peut présenter des spécificités, ces cours repensées trouvent un fil conducteur en « proposant des espaces plus naturels, d’avantage de végétation, une meilleure gestion de l’eau de pluie et des points d'eau, des aménagements plus ludiques, des coins calmes et une meilleure répartition de l'espace ».

Explorons plus en détail cette cour du futur !

 

Végétaliser la cour et améliorer la gestion de l’eau

Si la cour d’école totalement végétalisée tient souvent du fantasme, on peut néanmoins lui emprunter quelques idées. Outre l’effet bénéfique que peut avoir la nature sur le corps humain, la végétalisation de la cour peut jouer de multiples rôles :

Elle peut jouer un rôle important dans la régulation climatique de l’école

  • En accueillant différents types d’aménagements (en pleine terre ou hors sol) et la plantation d’arbres ou de haies libres, la cour propose des abris contre le froid et le vent en hiver, et des îlots de fraîcheur en été. La végétation peut aussi se déployer sur les murs (plantes grimpantes, murs végétalisés) et les toitures (pour isoler et absorber l’eau).

Elle peut représenter un outil, un support d’apprentissage, un terrain d’expérimentation

  • En accueillant mare, potager avec plantes aromatiques, mangeoires et nichoirs, la cour végétalisée peut faire découvrir le cycle de la nature ou de l’eau et devenir un formidable laboratoire d’observation du vivant. Au-delà de l’observation, la végétalisation exige de l’entretien qui responsabilisera aussi les élèves en les impliquant dans le projet.

Elle peut être une solution pour délimiter des zones, pour articuler les différents espaces et canaliser les déplacements

  • Les plantations en bac ou en pleine terre peuvent structurer les espaces dédiés de la cour en fonction des besoins et usages.

 

Repenser l’espace

Le constat est souvent sans appel : les cours de récréation sont aujourd’hui encore des espaces bétonnés et bruyants dans lesquels beaucoup d’élèves ne trouvent pas le moyen de s’épanouir ou se détendre. La cour de récréation est pourtant un lieu particulièrement important. On y joue, on s’y repose, on y rencontre, on s’y défoule. La cour permet de bouger, de s’exprimer et de vivre son corps autrement. Il est donc important de repenser ces espaces car des améliorations auront indéniablement un impact sur le bien-être de nos élèves.

Organiser l’espace

  • En délimitant des zones en fonction de leur usage (zone de jeu, zone de repos, zone de travail…). Cette délimitation peut se faire par une signalétique, une structuration des espaces par le mobilier, une structuration de l’espace par des infrastructures (sportives, ludiques…), par un changement de revêtement de sol. Une réflexion peut aussi être engagée sur la gestion du niveau sonore et la propagation du bruit (mise en place de toiles suspendues pour arrêter le son). Pour le personnel, la surveillance doit également être facilitée.

Mettre à disposition des supports diversifiés

  • En adaptant le mobilier à la morphologie, aux activités et aux zones dédiées dans la cour de récréation. En prévoyant des espaces de rangement (des jeux, des vêtements, des outils…). En utilisant le bâti, les espaces couverts et le mobilier comme support à des activités variées. En multipliant les fonctions des éléments de mobilier (banc, espace de rangement, support de jeu…). En orientant les bancs les uns vers les autres pour favoriser le contact social. Le mobilier pourra également être utilisé pour séparer les différentes zones de la cour (zone de jeu, zone calme, zone d’étude, etc.).

Promouvoir l’apprentissage par le jeu

  • En disposant des jeux fixes et des jeux mobiles, des jeux réglés et des jeux libres. En intégrant des marquages au sol, des résines… qui évoquent plusieurs jeux. Les jeux devront idéalement être adaptés à la taille et à l’âge des élèves. Placer des jeux qui développent la motricité globale et la coordination.

Prévoir des activités variées

  • Sur une même surface de sol, superposer les marquages de différents terrains afin de rendre possible la pratique de différents sports et activités. Mettre à disposition des jeux sportifs peu gourmands en espace. Développer le processus créatif en permettant aux élèves d’exprimer leur créativité (support de dessin, tableau noir, tableau effaçable, bac de jeu de construction…).

 

Favoriser les matériaux naturels (biosourcés, réemploi…)

Réaménager une cour de récréation c’est aussi prendre en compte les considérations écologiques inhérentes à notre époque et à nos problématiques de surconsommation des ressources. Il s’agira ainsi de choisir consciencieusement les matériaux utilisés, de favoriser l’utilisation des ressources à disposition, d’utiliser le principe de l’économie circulaire, de valoriser l’existant, de gérer les déchets, etc.

Utiliser les principes de l’économie circulaire

  • En valorisant l’existant car ce qui est déjà en place n’engendre pas de production de matières premières, de transport, de mise en décharge. Pour cela on peut entretenir et réparer l’ancien. Créer avec des matériaux et des éléments de récupération (palettes, mobilier scolaire détourné, meubles d’occasion…). Ce type de démarche peut facilement intégrer les parents d’élèves.

Améliorer la gestion de l’eau

  • En débitumisant : en changeant de revêtement de sol (remplacer le bitume par un sol perméable).
  • En récupérant l’eau de pluie (dans des citernes) qui servira à l’arrosage des végétaux. Créer des bassins ou des fontaines qui s’inscriraient dans des espaces « zen » ou du moins dédiés au repos, au calme. Par la même occasion les élèves expérimentent concrètement le cycle de l’eau.

Gérer mieux les déchets

  • En améliorant le tri à l’aide d’un système de poubelles efficaces, en installant un compost.

AVANT/APRES - Aménagement du centre-bourg de Cagnicourt

le .

1 Cagnicout séminaire AMF Cagnicourt 117

La commune de Cagnicourt, située dans la Communauté de Communes Osartis-Marquion, a sollicité l’accompagnement du CAUE en 2020, pour réfléchir à l’aménagement d’un espace de détente et de loisirs autour de l’église.

Les différents enjeux ont ainsi été identifiés. Une esquisse schématise ces premières pistes de réflexion.

4 Cagnicourt espace public abords eglise 11

La commune a ensuite recruté un Assistant à Maitrise d’Ouvrage (AMO) pour qu’il l’accompagne dans la faisabilité de ce projet, grâce au réseau d’expertise publique Ingenierie62. Le paysagiste-concepteur Christophe Laborde a donc affiné les premières pistes de réflexion et surtout établi une enveloppe financière. Sa mission a été poursuivie par un contrat de Maitrise d’œuvre, pour lequel il a développé le projet jusqu’à sa concrétisation au printemps 2023.

L’espace public central compte donc aujourd’hui diverses structures de loisirs : boulodrome, terrain multisports et aire de jeux. Des cheminements PMR en sable stabilisé permettent de se promener tout autour de l’église. Des plantations et du mobilier urbain agrémentent le site.

4 Cagnicourt espace public abords eglise 12

4 Cagnicourt espace public abords eglise 9

Discutons en marchant !

le .

CSNE3

Cette année encore, le CAUE a accompagné la Société du Canal Seine Nord Europe (SCSNE) dans l’animation de randonnées sur le tracé du futur canal.

CSNE4

CSNE5

Ce sont près de 60 personnes qui ont ainsi répondu présent à ces manifestations le 24 juin à Moeuvres (59) et le 08 juillet à Hermies (62). Sous une météo clémente, ces randonnées ont permis d’appréhender les changements à venir des paysages traversés, de présenter le nouveau canal et ses principales composantes, de discuter de l’avenir de l’actuel canal du Nord, etc.

Cet ouvrage imposant, dont les travaux ont déjà débuté dans l’Oise, va en effet impacter durablement les territoires traversés, tant durant le temps long du chantier, qu’une fois qu’il sera en eau et en service.

Le CAUE, dans ses missions de favoriser le débat public et d’accompagnement des porteurs de projet, est présent aux côtés des différents acteurs concernés !

IMG 20230624 134720

VVf 2

Comme chaque été, les paysagistes du CAUE parcourent le département et la région pour visiter les communes participant au label des Villes et Villages Fleuris. Ces tournées sont l’occasion d’échanges entre les élus, les techniciens municipaux et les membres de jury. Ces derniers apportent des conseils pour aider les communes à évoluer dans l’aménagement des espaces publics, la gestion des végétaux, la prise en compte de l’environnement communal ou l’animation du label.

 

Photo 1

Car avant tout, le label Villes et Villages Fleuris est gage de qualité de cadre de vie et se révèle à travers plusieurs critères, comme :

  • la diversité et la qualité du patrimoine végétal : élément incontournable, le patrimoine végétal est tout aussi important que le patrimoine bâti. Il structure l’espace public, crée une rythmicité au fil des saisons, est bénéfique pour la santé des habitants et favorise la diversité de la faune. La commune doit veiller au bon état sanitaire des végétaux (arbres, arbustes, plantes grimpantes, vivaces…) et à l’harmonie des compositions ;

VVf 3

 

 

  • la gestion environnementale des espaces qui incite les collectivités à préserver les ressources (eau, sol, énergie…) et à mener des actions en faveur de la biodiversité (inventaires, actions, sensibilisation…) ;

VVf 4

 

  • la valorisation des espaces publics  qui vise à maîtriser la publicité, effacer les réseaux, implanter du mobilier adapté aux usages et au contexte local ou valoriser le patrimoine bâti.

VVf 5

 

Les enjeux attachés au label sont partagés par de plus en plus de communes, alors n’hésitez plus, osez Villes et Villages Fleuris !